Prise de parole en public

Prendre la parole en public arrive souvent au cours d’une vie de lycéen engagé. Que ce soit devant 10 ou 1000 personnes, c’est impressionnant : on a le trac ! Voici quelques conseils pour faciliter vos prises de paroles en public et ne plus hésiter à le faire. Pour cette partie nous nous appuierons sur les propos de Bernard Blein qui a formé dans son centre « Grand Oral » plus d’un millier de collaborateurs de sociétés à la prise de parole. Il est l’auteur d’un guide pratique Prendre la parole en public que nous vous invitons à lire si cette partie vous concerne particulièrement.

Les conseils :

  • « Est-ce bien moi qui doit prendre la parole ? » : Juste avant de parler, il arrive souvent que l’on doute de sa légitimité. Présentez-vous clairement et expliquez le cadre de votre intervention ;
  • « Vais-je intéresser le public ? » : la pire des solutions est de se dire au tout dernier moment que votre travail préparatoire n’a servi à rien et que vous allez improviser. Faites confiance à vos notes car elles sont le résultat d’un travail bien réfléchi en amont ;
  • « Quelle image les autres ont-ils de moi ? » : le public est un ami, il juge moins que vous ne le pensez, il est là pour vous écouter. Le public prend l’image qu’il veut de vous : donnez la bonne ! Soyez vous-même, ne jouez pas un rôle, vous ne vous y retrouveriez plus ;
  • « J’ai une fâcheuse tendance à gesticuler, bidouiller mon stylo, passer sans cesse d’un pied sur l’autre, à regarder par terre et à parler tout bas » : vous vous sentez donc mal à l’aise. Ancrez vos deux pieds dans le sol, restez face au public, posez votre regard le plus possible sur le public et parlez avec une voix puissante en respirant profondément par le ventre pour affirmer votre présence. Le regard vers le public stabilisera vos émotions ;
  • « Souriez, vous êtes regardé ! » : un visage souriant ouvrira le public. Bien sûr, tout dépend du contexte de vos propos : s’il s’agit de propos graves, rien ne sert de forcer le sourire ! Préparer son intervention est un des secrets de la réussite : pour éviter la précipitation qui ne fera qu’augmenter votre trac, commencez au plus tôt la préparation de votre intervention et plongez une fois pour toute dans le sujet ;
  • « Ce qui intéresse le public, c’est lui-même » : intéressez-vous aux préoccupations de votre public, parlez pour lui, pas pour vous. Bernard Blein donne un exemple : étant adolescent, son père annonce que la famille déménage. Durant son annonce, le père ne fait qu’énumérer les avantages de son nouveau métier. Mais l’adolescent écoutait à peine ; ce qui l’intéressait était tout autre : son lycée, ses copains, son club de foot… Pour son annonce, le père n’avait pas pris en compte les préoccupations de sa famille ;
  • Avant de prendre la parole, il faut connaitre son environnement : sachez qui est le public, combien de personnes seront là et le temps que vous avez pour votre intervention. Repérez le lieu et l’équipement (sono, vidéo projecteur ?) ;
  • « Droit au but » : soyez simple et direct. Faites adhérer votre auditoire dès le début par une phrase choc, une anecdote, un chiffre clé… Faites comme les journalistes qui commencent par les résultats et développent ensuite pour piquer la curiosité des auditeurs. Un exemple : « après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, plus de 4 millions de personnes pour les marches républicaines organisées dans toute la France les 10 et 11 janvier 2015 » ;
  • « Le public adore les histoires » : au lieu de faire des démonstrations philosophiques pour convaincre, illustrez vos propos par des anecdotes qui permettront une meilleure compréhension du public ;
  • « Lire son discours ou l’apprendre par cœur ? » : ni l’un, ni l’autre. Le premier n’est pas naturel, le deuxième est dangereux : devant le public, on peut tout oublier ! Privilégiez des fiches indiquant uniquement votre plan et les mots clés, dates, noms propres…
  • comme un sportif de haut niveau, on répète : ce sera avec la pratique que vous trouverez des tournures de phrases que vous aimez bien ou des mots à éviter. Entrainez-vous dans un premier temps devant un miroir à haute voix, puis devant des amis ; cela vous permettra véritablement de voir le résultat final avant le jour J;
  • le Jour J , faites une longue nuit, arrivez très en avance sur place. Faites de la « visualisation positive ». Imaginez en détail le moment, et représentez-vous le succès pour comprendre qu’il n’est finalement pas si difficile à atteindre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *