Le conseil de la vie lycéenne (CVL)

Réponse de lycéens à des « adultes »

  Il arrive que certains critiquent les instances lycéennes destinés aux lycéens. Elles seraient inutiles ou même « démagogiques ». Mais nous, les rédacteurs, avons fait l’intégralité de notre engagement lycéen au sein du CVL.
Sans le CVL, ses autres membres et nous n’aurions jamais pu organiser de concours photo, de vente de plus de 100 « Yearbooks », de soirée des talents avec de nombreux artistes et plus de 250 spectateurs, de vente de 1751 roses individuelles pour la Saint Valentin, de conférence avec pour intervenant Greenpeace France, de formation pour plus de 100 lycéens aux gestes de premiers secours avec comme partenaire la CroixRouge Française, et la liste n’est pas finie ! Certes, les instances lycéennes de certains lycées s’avèrent certaines fois inutilisées mais nous voulons montrer – et nous pouvons l’affirmer avec force – que le CVL ouvre de véritables opportunités aux lycéens.
Le meilleur moyen de donner aux lycéens le goût de l’effort et du mérite est qu’ils en soient eux-mêmes à l’initiative. Certes les projets que nous accomplissons ne sont pas tous des avancées sensibles pour l’humanité, mais durant la construction d’un projet, nous nous cognons contre la notion de « l’Effort » qui est d’autant plus belle que nous y sommes allés de front de notre propre gré, et une fois le projet terminé, nous caressons avec douceur la notion de « Mérite ». N’est-ce pas cela la vraie méritocratie ? Fermons la parenthèse.

Définition officielle du rôle du CVL

Le CVL d’un lycée est composé de 10 élus lycéens et de 10 membres du personnel du lycée et parents d’élèves. Les lycéens sont élus pour deux ans avec un renouvellement de 5 lycéens par an.

Les élus lycéens y expriment les idées, les attentes et les préoccupations de tous les lycéens. Le CVL n’est qu’une instance consultative, c’est-à-dire qu’elle ne prend aucune décision mais donne un avis sur différents sujets dont :

  • les grands principes de l’organisation des études ;
  • l’accompagnement personnalisé,
  • l’organisation du temps scolaire,
  • l’élaboration du projet d’établissement et du règlement intérieur,
  • les questions de restauration et d’internat,
  • l’information sur l’orientation,
  • l’organisation d’activités sportives, culturelles et périscolaires,
  • la santé, l’hygiène et la sécurité.

Le CVL est également doté de fonds de vie lycéenne mais avec les coupes budgétaires, les dotations sont aujourd’hui dérisoires.

Ce que nous lycéens pouvons faire au sein du CVL

Le CVL est certes seulement consultatif mais il est souvent écouté. L’avis des élèves intéresse les « adultes » et en particulier le proviseur : c’est pour nous qu’ils travaillent au final et malgré cela, ils n’ont que très peu de contact avec nous ; le CVL leur offre un contact direct avec les lycéens. Il est une opportunité d’aborder les sujets que l’on souhaite : ils auront de grandes chances d’être écoutés si ce sont des propos sensés. Nombreux sont les exemples où des propositions de modifications du projet d’établissement ou du règlement intérieur ont été finalement adoptées.

  Il faut ainsi être l’intermédiaire entre les élèves et l’administration. Être sans cesse dans la critique systématique ne fera pas avancer les choses. Adopter un esprit critique en revanche oui, mais constructif, et proposer des solutions facilitera un réel dialogue entre le CVL et l’administration.

  Une deuxième fonction apparaît avec la pratique du CVL : mener des projets qu’ils soient humanitaires, culturels, sportifs ou citoyens. Le CVL offre la légitimité dont nous avons besoin pour agir vis-à-vis de l’administration et des lycéens. Certes, le CVL ne possède que très peu de fonds propres mais il y a toujours moyen de s’en procurer s’il le faut . Néanmoins, une majorité de projets n’a pas de coût financier : on peut très bien se débrouiller sans !

Certains diront qu’il ne faut pas mélanger le rôle du CVL (une instance consultée par le proviseur pour avoir des avis sur certains sujets) et celui de la Maison Des Lycéens (MDL) qui est de faciliter l’organisation de ces projets culturels, sportifs et humanitaires au sein du lycée. Nous répondrons que très peu de lycées sont aujourd’hui dotés d’une MDL. En attendant que chaque lycée ait sa Maison Des Lycéens, le CVL offre d’ores et déjà l’opportunité de mener des projets d’initiative lycéenne. L’avantage de construire ses projets à partir du CVL est de pouvoir bénéficier de conseils et d’aide des « adultes ». Parmi les membres de la communauté éducative, un référent vie lycéenne est nommé : les élus CVL ont donc un accès privilégié à ce référent qui aura souvent les solutions aux problèmes rencontrés durant l’organisation des projets et saura être de bon conseil.

Comment s’y prendre : les conseils

  Officiellement, il n’y a que trois réunions du CVL par an. Il est donc préférable que les élus se rencontrent en dehors de ces réunions pour organiser les projets.

Certes, comme il est dit plus haut, il est préférable de mener un projet avec un maximum de deux responsables, mais une fois un projet lancé, tous les membres de ce CVL peuvent mettre la main à la pâte. Un élu a organisé une vente de pulls à l’effigie du lycée, il faut maintenant les vendre ? Tous les élus CVL peuvent alors, à tour de rôle, tenir le stand de vente. Un CVL, ce sont 10 lycéens solidaires ! Un CVL, ce sont également 10 lycéens cohérents entre eux : il ne faudrait pas que deux élus mènent exactement le même projet chacun de son côté ! Ainsi, une communication interne efficace est toujours utile. Cela peut passer par un groupe Facebook par exemple où chaque élu partage constamment les avancées de son projet. Quand il s’agira d’organiser la vente des pulls, cela simplifiera la répartition des créneaux.
Parmi les élus lycéens, un vice-président du CVL est élu (le président étant le proviseur). Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas un dictateur… Il a pour rôle de faire du CVL un ensemble cohérent. C’est lui qui peut organiser les réunions officieuses entre lycéens. Étant souvent déjà élu depuis un an, il est expérimenté : il peut conseiller les nouveaux arrivants du CVL. Il exalte les motivations des élus et permet à leur enthousiasme de se transformer en projets concrets. Le vice-président du CVL est également membre d’office du conseil d’administration du lycée (CA) l’instance la plus importante du lycée où toutes les décisions concernant l’établissement sont prises. À ce titre, il peut être « l’ambassadeur » du CVL auprès des professeurs, des parents d’élèves et du proviseur. Si son CVL est actif, il doit le montrer au grand jour pour que le CVL devienne une véritable instance connue et reconnue par toute la communauté lycéenne. Plus le CVL est reconnu, plus il peut mener de projets importants et plus il a de poids dans les décisions du proviseur.
Un exemple : dans ce but, le vice-président du CVL de notre lycée a présenté de sa propre initiative un bilan CVL au conseil d’administration pour qu’il prenne conscience du nouveau rôle que le CVL est en train de jouer au sein du lycée. Cette intervention a fait effet : le contact entre le CVL et le proviseur est de plus en plus direct. Ce genre d’intervention devrait devenir une habitude !

Ce qu’il faut faire pour y être élu

Tout élève du lycée est électeur et éligible. Pour se présenter, il faut écrire une profession de foi et participer à une présentation orale des candidats. Si vous avez des idées intéressantes et que vous êtes motivé, cette élection ne devrait être qu’une formalité ! La profession de foi est ensuite placardée aux côtés de celles des autres candidats. Très souvent, les lycéens passent devant les professions de foi sans les lire et même sans savoir de quoi il s’agit ! Le mieux pour réussir une campagne électorale est d’en parler soi-même au plus grand nombre de lycéens possible. Faire campagne pour être élu au CVL s’avère souvent également faire campagne pour que les lycéens sachent ce qu’est le CVL…

Et aussi : le Conseil Académique de la Vie Lycéenne (CAVL) et le Conseil National de la Vie Lycéenne (CNVL)

  Le CAVL a le même rôle que le CVL au niveau académique. Son fonctionnement est identique : il se réunit au moins trois fois par an. Le CAVL est présidé par le recteur de l’académie et compte 20 lycéens : les élus CVL de l’académie sont éligibles et électeurs. Le rôle officiel du CAVL est de formuler des avis sur la vie dans les lycées de l’académie et sur le travail scolaire. Mais les élus CAVL profitent souvent de ce mandat pour mener des projets d’envergure quasi-régionales.
« C’est ainsi, nous explique Arthur Moinet, élu du CAVL de Nantes, que nous avons été à l’initiative de la première journée de la jupe le 16 mai 2014 pour montrer la solidarité des garçons contre le sexisme. La première édition s’est déroulée dans toute la région Pays de la Loire et plus de 20 000 lycéens garçons ont joué le jeu et ont porté la jupe ! »
  Le CNVL a également le même rôle que le CVL mais au niveau national. Il se réunit au moins deux fois par an. Le CNVL est présidé par le/la ministre de l’Éducation nationale (lui-même !) et compte 33 lycéens : un de chaque CAVL de France. Tous les élus CAVL sont éligibles et électeurs. Le rôle du CNVL est de formuler des avis sur toutes questions relatives au lycée et les grandes orientations politiques du moment visant le lycée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *