La mise en action

Mettre en action son projet est très délicat : c’est le moment où il faut enfin « faire ce qu’on a dit ».

Respecter les plans de départ face aux contraintes du réel n’est pas une mince affaire.

D’ailleurs, très peu des planifications se passeront comme prévues… Il y aura toujours des exceptions, des changements de dernière minute, des problèmes non soupçonnés, … Il existe des écarts entre ce que vous comptiez faire (attendu), ce que vous avez estimé (simulé) et ce qui se passe vraiment (réel). Le but est de réduire ces écarts. Lors de l’organisation de notre soirée des talents, nous avions par exemple prévu une série de sessions de répétitions pour que les groupes puissent se rencontrer et mettent en place leurs performances. Nous avions réservé l’amphithéâtre du lycée quatre mercredis de suite. À la rentrée des vacances, nos réservations semblaient avoir disparu : les oraux du bac de français nous ont grillé la priorité. Nous nous replions donc sur deux dates sur nos week-ends et voilà un nouveau coup du sort avec l’ingénieur du son qui a un empêchement de dernière minute. Une seule répétition générale aura finalement lieu : il a fallu faire avec !

Voilà ce que nous appelons « les contraintes du réel » : une course d’obstacles qui constitue un véritable frein à toute organisation un minimum complexe. Mais à chaque fois qu’un obstacle se place devant soi, la pire des choses à faire est de s’asseoir devant et de s’y adosser : courage ! Ne faites pas comme certains membres de notre CVL qui avaient planifié un simple tournoi de foot interclasse ; à la première difficulté, ils ont conclu : « c’est trop compliqué ». Non ça ne l’est pas ! Il faut juste affronter les obstacles un par un et vous vous en sortirez très bien.

Cette « contrainte du réel » nous fait voir la différence entre les rêveurs et les acteurs au lycée. Si vous voulez que quelque chose se passe, rien ne sert de s’accrocher à la chimère idéale de votre projet : savoir prendre des décisions et faire des compromis avec le réel sont les conditions sine qua non à la réalisation de votre projet.

Voilà un exemple qui prouve bien qu’il faut savoir prendre des décisions difficiles qui vont à l’encontre de la théorie (permettre à tout lycéen ayant un talent de se produire sur scène devant ses camarades) puisque la pratique conduit à la nécessité de sélectionner, tout en rendant ce choix le moins néfaste possible (« justesse » et professionnalisme des choix de la sélection en faisant appel à un professionnel extérieur).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *