Le lycée, lieu de vie citoyenne : “l’action-civisme”

« Engagez-vous qu’ils disaient, engagez-vous ! » Goscinny et Uderzo, Astérix le légionnaire

 

L’objectif !

Nous nous permettons allègrement de nous approprier cette phrase de Goscinny et Uderzo pour vous parler de l’engagement citoyen. Nous vivons dans une « République », une « res publica » : nous faisons partie de la chose publique. En tant que futurs citoyens, il est impératif de découvrir ce que signifie « s’engager » et ne pas rester indifférent. Nous devons faire comprendre à tous les lycéens le véritable enjeu de s’impliquer activement dans la société. Si ce n’est pas nous qui le faisons, qui le fera ? Personne ! Ou au pire des gens malveillants… Personne n’est la « société » à notre place : nous composons tous cette société (terme si souvent galvaudé et presque diabolisé, mais à tort !), nous en sommes tous responsables. Prenons donc tous soin de notre société humaine et faisons-la avancer dans le bon sens ; on n’en a qu’une !
Évidemment, la difficulté d’une telle mise en place est l’intérêt porté par les élèves à cet engagement. L’individu – dans ce cas l’élève – ne se sentira pas concerné par des faits qui ne le touchent pas directement : à nos âges, on est encore très reclus dans nos bulles adolescentes.
Un exemple simple dans notre lycée ; deux événements engagés ont été réalisés. Le 1er, un hommage à Charlie Hebdo à la suite des attentats de janvier 2015. L’événement a pris place deux jours après les attentats. De nombreux élèves sont venus pour cet hommage. Un autre événement maintenant : une conférence Greenpeace, avec un intervenant provenant de l’organisation, une chance ! Évidemment, je vous laisse deviner lequel a rencontré le plus de « succès ». Plus de 600 lycéens et professeurs sont venus à l’hommage à Charlie Hebdo, contre seulement 60 environ à la conférence Greenpeace. L’explication est simple : les problèmes écologiques sont encore relativement invisibles en France, tandis que les attentats de janvier ont été une atteinte directe au peuple français : l’élève se sentait directement concerné.

Cet exemple montre que de nombreuses causes passent inaperçues tandis que d’autres peuvent mobiliser massivement. Un lycéen est donc capable de se mobiliser s’il le faut : il suffit de le sensibiliser. Tout passe alors par la communication, en commençant par le bouche-à-oreille entre amis ! Faites du lycée un lieu de vie citoyen. Les moyens Les organismes les plus propices à l’organisation d’actions-civisme sont les associations dans lesquelles on peut devenir bénévole, les MDL et les CVL. Les possibilités d’action foisonnent : programmation de conférences avec des intervenants extérieurs : membres, militants et activistes d’associations ou d’Organisations Non-Gouvernementales, hommes politiques, chercheurs, écrivains…, organisation d’un mini-forum d’associations et d’ONG au sein du lycée, levée de fonds par l’intermédiaire d’une vente de pulls, de yearbooks, de gâteaux…, campagne (affiches, films…) de sensibilisation à une cause particulière, organisation d’une manifestation citoyenne réunissant l’espace de 20 minutes tous les élèves du lycée dans la cour. On photographie, on filme pour diffuser ensuite sur internet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *