Sociologie face à l’action

Être élu, mener un projet ou encore défendre une cause au sein de son lycée c’est sortir des sentiers battus d’un lycéen « normal ». Votre engagement en surprendra plus d’un. Il faudra savoir rester déterminé dans ce que l’on fait malgré le pessimisme et l’inertie apparente de ses camarades. Face à l’action, vous rencontrerez 6 catégories de lycéens quand vous essayerez de partager votre projet :

  • les je-m’en-foutistes sont le gros du lot (environ 35%* des lycéens). Ils vous feront gentiment savoir qu’ils n’ont rien à faire de votre Championnat International et Interclasses d’Échecs Taïwanais ;
  • les pessimistes (environ 30%) sont les rois du découragement. Quels que soient les projets que vous proposez, ils seront considérés comme infaisables. Ce sont les mêmes qui croient à la théorie du complot de la « dictature du savoir ». Dans leur esprit, vous êtes définitivement classé comme le « pigeon » du « système conspiratoire » ;
  • les « félicitationneurs » (environ 10%*) ne sont d’aucune aide. Ils ne savent que vous applaudir et dire « J’ADOOOORE ce que tu fais ! Je n’en serais jamais capable moi-même. Tu es vraiment extraordinaire ! Bravo encore ! » et tout cela avec une pointe d’hypocrisie bien évidemment. Au moment où il faut enfin s’engager dans votre projet, les félicitationneurs se trouveront toujours une excuse pour se défiler !
  • les rapaces (environ 2%*) sont les plus dangereux. Ils ne feront rien pour votre projet mais seront très agiles pour vous piquer la gloire. Un enseignement : ne restez pas trop humble, la nature a horreur du vide, quelqu’un d’autre se chargera alors de se tailler la part du lion, petits charognards…
  • les motivés (environ 22%*) sont les fidèles « clients » de vos projets. Toujours curieux et toujours enthousiastes, ils seront sensibles à vos idées et bon public !
  • les moteurs (seulement 1%*) sont ceux qui feront de votre projet une véritable réussite. Ils vous aideront activement à sa mise en place. Ils seront fiables, organisés, apporteront des véritables plus et sauront le propager autour d’eux. Mais encore faut-il les dénicher !

 

*Chiffres issus d’une étude TRÈS sérieuse (« c’est cela oui… ») menée par Julien Benard et Vincent BurnandGalpin, chercheurs au Centre de Recherche Ethnologique et Politique Etudiant (également connu sous le nom de « CREPE »), sur un échantillon de 1100 lycéens au lycée Janson de Sailly (Paris XVI) !…

2 Replies to “Sociologie face à l’action”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *